Vues de l'exposition :

Au travers d’objets de loisirs et du quotidien, Didier HEBERT‑GUILLON et Amandine ZAÏDI soulèvent des questionnements relatifs aux objets manufacturés en détournant leurs fonctions d’usages.
L’exposition "Espace Détente" dévoile ce processus en accueillant le spectateur avec une installation des plus pesante...
Le ton est donné.
Plus loin, des œuvres chatoyantes, faussement innocentes, invitent à découvrir la suite de l’exposition.
Entre contemplation et oppression, le spectateur déambule au sein d’un espace où les œuvres dialoguent entre elles.
A l’étage, il n’est plus question de dialogue mais d’une installation commune conçue pour LA CONCIERGERIE autour des mécanismes de l’amour.

Didier HEBERT‑GUILLON et Amandine ZAÏDI vivent et travaillent à Annecy.
Ces jeunes artistes ont chacun une pratique artistique qui leur est propre.
Didier Hébert‑Guillon travaille sur les interactions possibles entre œuvres et spectateurs au sein des espaces d’exposition.
Pour cela, il réalise des œuvres qui s’inscrivent dans des configurations spécifiques d’espace. Au travers de celles‑ci, il interpelle le ressenti et la conscience du spectateur, dérivant parfois vers sa «mise en danger», soulevant ainsi des questionnements concernant la responsabilité de l’artiste.
Amandine Zaïdi travaille, quant à elle, sur la marchandisation des identités et des corps. Que ce soit dans l’accessoirisation, aux caractères induits par une socialisation marchandisée codifiant les genres ; elle construit une anomalie dans la circulation des discours, des normes, des pratiques et des comportements dictés par un archétype marchand et patriarcal.
Depuis plusieurs années, ils apprécient de se regrouper, à deux ou plus, afin de réaliser des projets collectifs principalement in-situ (que ce soient des performances ou des installations).
Ces regroupements ponctuels leur permettent de confronter leurs points de vue et d’élaborer des propositions qui les emmènent sur des pistes n’étant pas celles qu’ils exploitent individuellement.
Pour LA CONCIERGERIE, ils sont confronté à une nouvelle forme d’exposition puisqu’ils scénographient leurs œuvres personnelles selon des critères transversaux à leurs pratiques respectives.