Exposition "Given the revolving light" et "Homo Brico rictus". Installations, vidéos et dessins.
Vernissage samedi 2 octobre à 18H30.

Exposition jusqu'au 17 décembre 2010 [fermeture du 23/10 au 3/11 - Toussaint] 






Né en 1969, Christophe Challange vit et travaille dans la région Rhône-Alpes depuis une quinzaine d’année.

Après des études à l’Ecole des Beaux-Arts d’Angers, il a beaucoup voyagé puis travaillé en Asie. De retour en France, il s’est consacré à son travail d’artiste et à l’enseignement.
Le socle de son travail est majoritairement constitué de dessins dont les traits se déploient depuis quelques temps dans l’espace sous la forme de volumes et de propositions in situ dans l’espace public.
L’ensemble des travaux témoigne de ce lien étroit et essentiel avec l’architecture qui a, depuis sa formation aux Beaux-Arts, marqué son travail et notamment lors de ses rencontres avec Daniel Buren, Hubert Tonka, Paul Chemetov ou de Bernard Moninot, son professeur.

De manière obsessionnelle, des formes telles que la maison, l’abri ou la cellule reviennent comme un écho pour questionner le plus souvent des faits contemporains avec ironie et un humour parfois grinçant. Les thématiques sur la consommation, la sécurité, le bien-être ou le concentrationnaire sont ainsi récurrentes. Il n’est donc pas surprenant de le voir porter un intérêt particulier aux travaux d’Absalon, de Tadashi Kawamata ou aux productions de l’Atelier Van Lieshout.

http://www.christophechallange.org


Frédéric GUINOT, né en 1967. Vit et travaille à Grenoble.

Frédéric GUINOT déploie son univers artistique en fonction des espaces qui lui sont alloués.
Il y questionne le point de vue et la posture au sein d'un contexte donné. L'absence de représentation est une des trames de ses scénographies, tantôt ludiques et merveilleuse, parfois étranges et inquiétantes.
Ce sont des mises en scène métaphysiques où se côtoient et s'articulent des sculptures polymorphes, associées à de multiples objets-accessoires, sortes de "ready-mades" détournés dans un même champ poétique, allégorique et abstrait.

La révolution est une pensée en processus, en mouvement : c'est le voyage, le déplacement, le détournement... Le simple fait de prendre une image, un objet, de le dévier pour en faire le tour, pour qu'il disparaisse au profit du sens, là où la réalité trouve son double et prend soin de nous troubler la vue.

Les objets s'installent dans un même champ poétique et leur puissance évocatrice agit par analogie : ils nous parlent et nous leur parlons et par la force de leur "présence" le discours s'efface.

FG. "Chronique d'une révolution annoncée".